Qu'est-ce qui ne va pas avec mon plant de cannabis ?

Qu'est-ce qui ne va pas avec mon plant de cannabis ?

A un moment ou à un autre, tout cultivateur de cannabis est amené à se poser cette question. «Qu'est-ce qui ne va pas avec mon plant ?» Même les cultivateurs professionnels peuvent parfois se gratter la tête en se demandant ce qui cloche avec un de leurs plants. La bonne nouvelle, c'est qu'on trouve facilement de l'aide et des réponses. La mauvaise nouvelle, c'est que certains problèmes peuvent présenter des symptômes similaires, ce qui complique le diagnostic. Vous voulez en savoir plus ? Continuez à lire.

 

Les insectes nuisibles

Les cultivateurs de cannabis ont tendance à travailler en intérieur pour plusieurs raisons, notamment la nécessité d'améliorer la qualité, la sécurité et d'éviter les insectes nuisibles. Pour beaucoup de cultivateurs, l'environnement intérieur est bien plus facile à contrôler. Le cannabis en intérieur peut s'épanouir pleinement lorsque les conditions environnementales sont optimisées, sans l'influence du mauvais temps ou des nuisibles. Mais si les insectes nuisibles parviennent à s'introduire dans une pièce de culture intérieure, ils risquent de se multiplier à un rythme alarmant. La raison à cela est qu'ils n'ont pas de prédateurs naturels. Une pièce de culture optimisée pour les plants peut également être optimisée pour les insectes nuisibles, des précautions supplémentaires sont donc nécessaires.

 

Les insectes nuisibles du cannabis. Prévenir vaut bien mieux que guérir

Souvent, des insectes nuisibles sont introduits accidentellement dans une pièce de culture lorsque les cultivateurs échangent des plants ou des boutures (clones) entre eux. Les cultivateurs indoor qui mettent leurs plants en plein air le midi pour prendre une heure ou deux heures de soleil risquent souvent de permettre à des insectes nuisibles comme le puceron ou l'aleurode de coloniser leur plant. Il ne suffit que de quelques insectes posés sur le plant pour que toute votre pièce de culture se retrouve infestée.

 What is wrong with my cannabis plant- Spider Mites

Les tétranyques

Les tétranyques ressemblent à de petites araignées qu'on trouve souvent sur le dessous de la feuille. Presque invisibles à l'oeil nu, elles peuvent se révéler être l'un des pires nuisibles du cannabis. Mais les toiles qu'elles tissent pour protéger leurs colonies et leurs œufs sont faciles à repérer. Chaque génération se renouvelle en moins d'une semaine avant de se reproduire de nouveau, une réponse rapide est donc vitale. Comme l'aleudore, une pulvérisation à l'eau dure les délogera de sous les feuilles. Les coccinelles sont un prédateur naturel et sont souvent une solution préférée par les cultivateurs biologiques. Par ailleurs, les tétranyques n'aiment pas le froid, donc une réduction de température vers les 20ºC peut les ralentir pour laisser le temps aux autres mesures d'éradication de prendre effet. Certains cultivateurs trouvent que les petits aspirateurs portatifs sont pratiques pour aspirer les prédateurs. Cependant cette technique exige de la patience et de la précision, et prend pas mal de temps, même pour un seul plant. Un spray à 10% d'alcool (éthanol) est une option efficace. Les jardineries vendent également des traitements chimiques, mais de nombreux cultivateurs ne se sentent pas prêts à utiliser des produits chimiques sur leurs cultures, parce que les traces résiduelles d'insecticide peuvent engendrer des sous-produits dangereux lorsque les plants sont fumés plus tard.

 

Pour tuer les tétranyques, les acariens prédateurs

Les acariens prédateurs (Phytoseiulus persimilis) sont un moyen efficace de traiter les tétranyques. Ils peuvent être achetés en ligne, ne font aucun dommage à la plante de cannabis, et ne vous mordront pas ! Les acariens prédateurs se nourrissent de la plupart des tétranyques. Les invasions de tétranyques les plus sérieuses nécessiteront un second traitement, voire un troisième. Des températures élevées de l'ordre de 30ºC augmentent la vitesse de reproduction des tétranyques. Par conséquent, lorsque vous faites usage des acariens prédateurs, essayez de maintenir la température entre 18°C et 26°C. De plus, les acariens prédateurs préfèrent un taux d'humidité de l'ordre de 40% à 60% environ. Chaque fois que vous utilisez les acariens prédateurs, surveillez toujours attentivement leur effet sur la population de tétranyques, et si besoin ajoutez plus d'acariens prédateurs.

 Predatory mites, getting rid of smider mites

 Les thrips. Une menace en intérieur pour les cultivateurs de cannabis

 

Il y a plusieurs espèces de thrips, toutes étant de sérieuses nuisances. Les thrips peuvent se reproduire environ 10 à 12 fois par an. Les thrips adultes peuvent survivre simplement en volant d'un plant à l'autre. Les thrips sont particulièrement nuisibles lorsqu'ils apparaissent tôt dans la croissance, et peuvent être difficiles à éliminer. Ils ressemblent à de petites insectes ailés (d'une taille de quelques millimètres) mais peuvent également ressembler à de petits vers, et se nourrissent de la sève de la plante. Les œufs de thrip produisent des larves qui deviennent des bestioles plus grandes et finalement des insectes volants. Frankliniella occidentalis est le principal thrip nuisible au cannabis. Ils sont difficiles à repérer, cherchez des petites marques/points argentés sur le dessous des feuilles. De nombreux cultivateurs utilisent habituellement du papier collant pour attraper les adultes. D'autres astuces incluent l'utilisation d'huile de Neem ou de savon noir. Certains cultivateurs utilisent des prédateurs naturels comme Orius laevigatus - cousine de la punaise de lit - qui se nourrissent de thrips.

 controlling fungus gnats in cannabis grows

Contrôler les fongicoles dans les cultures de cannabis

Les fongicoles peuvent être un nuisible courant pour les cultivateurs en intérieur. Ils sont parfois rencontrés par les cultivateurs sur fibre de coco. Les fongicoles sont habituellement détectés lorsque les adultes inoffensifs sont aperçus en train de voler dans la pièce de culture. Ils constituent une nuisance, mais les larves qu'ils produisent sont la véritable menace. Ces larves de fongicoles peuvent endommager les racines du cannabis. Réduire l'utilisation d'eau et sécher la couche de sol supérieure des plants peut aider à tuer les larves. Certaines personnes utilisent aussi la terre de diatomées, d'autres recouvrent la surface du milieu de culture, ou utilisent du papier collant pour empêcher les fongicoles de déposer leurs oeufs.



What is wrong with my cannabis plant? Whitefly

Les problèmes de l'aleudore pour les cultivateurs de cannabis

 

En général, l'aleudore vit et se reproduit sur le dessous des feuilles de cannabis, en se nourrissant de la sève de la plante. Ils se répandent rapidement, chaque individu pouvant pondre 200 œufs à la fois. Certains cultivateurs utilisent un pulvérisateur puissant pour les éjecter du dessous des feuilles. Les coccinelles sont un prédateur naturel et sont parfois utilisées par les cultivateurs. Utiliser du papier à mouches collant ne suffira pas à stopper une invasion de nuisibles, mais pourra vous alerter plus tôt de la présence de parasites. La mouche noire et le puceron sont aussi des insectes nuisibles et peuvent souvent être traités de la même manière qu'avec l'aleudore.

 What is wrong with my cannabis plant? Fungal Rust

La rouille fongique et le cannabis

Plusieurs infections fongiques de la plante de cannabis peuvent produire des zones brunes de "rouille" sur les feuilles. Les rouilles peuvent infecter plus facilement les feuilles humides. Il est donc utile d'assurer une bonne ventilation et de donner suffisamment d'espace aux plants pour pousser. La plupart des cultivateurs se contenteront de retirer les feuilles endommagées par la rouille en espérant tenir jusqu'à la récolte. Si la rouille n'est pas importante cela peut tout à fait suffire. Toutes les vieilles feuilles doivent cependant toujours être retirées de la pièce de culture. Ne les laissez jamais à l'intérieur, car les spores permettront au problème de persister.

 

Mieux vaut prévenir que guérir.

Maintenir propre une pièce de culture en intérieur est une composante essentielle qui ne demande pas beaucoup d'efforts. Nettoyez soigneusement votre pièce de culture entre chaque culture. Retirez les déchets et les vieilles feuilles ou autres déchets verts ainsi que toute trace de terre. Passez l'aspirateur pour retirer la poussière et les traces restantes du milieu de culture de la culture précédente. Lavez le sol, cela ne prend que quelques minutes et aide à désinfecter la pièce. De nombreux cultivateurs utilisent une solution diluée de désinfectant, ou de peroxyde d'hydrogène. Inspectez vos plants régulièrement. Cherchez les premiers indices de maladies ou de parasites. Rappelez-vous que de nombreux nuisibles et maladies sont introduits accidentellement lorsque les plants ou les boutures provenant d'autres cultivateurs sont introduits dans votre pièce de culture.

 Thrips cannabis pests, indoor growing nightmare

 Les UV-B et la lutte antiparasitaire.

 

De nombreux cultivateurs en intérieur se sont rendus compte que l'utilisation de lumière UV-B pendant environ 3 heures par jour au cours des 2-3 dernières semaines de floraison contribue énormément à accroître le potentiel des têtes. Certains affirment également que les lumières UV-B rendent la vie difficile aux nuisibles. Un surplus de lumière UV-B équivaut à la lumière UV-B présente naturellement en haute altitude. Pour les petites bestioles, les UV-B sont suffisamment dangereux pour limiter leur nombre. Vous pouvez obtenir une lumière UV-B supplémentaire ici de la société LED By Passion, la société sœur de Dutch Passion. De nombreuses personnes affirment également que les UV-B tuent les spores de moisissure/mildiou. Les lumières UV-B sont devenues l'une des améliorations les plus importantes pour les pièces de culture modernes.

 Ladybug eating white and blackflies.

Les problèmes nutritionnels.

L'un des pires maux de tête pour les cultivateurs de cannabis survient lorsque le régime nutritionnel des plants pose problème. Souvent, ces problèmes sont dus à une sur-alimentation des plants. On croit souvent à tort que cela engendrera une croissance plus rapide des plants et des récoltes plus importantes. Mais les minéraux s'entassent dans la plante, les feuilles deviennent brunes et craquantes, et les racines meurent. La réponse immédiate dans cette situation est de déverser plusieurs litres d'eau dans le milieu de culture. Si votre plant est dans un pot de 5 litres, utilisez 15 litres d'eau pour éliminer les minéraux excédentaires qui se seront accumulés pendant l'alimentation du plant.

 

Un problème de sous-alimentation de plants de cannabis est facile à résoudre, il suffit d'augmenter les nutriments de manière progressive, le mieux étant de maintenir la plante de cannabis au "point idéal" nutritif où elle n'est ni sous-alimentée ni sur-alimentée. Cela implique habituellement une augmentation progressive de la concentration en nutriments au fur et à mesure que les plants grandissent. Pour les cultivateurs moins expérimentés, il est préférable d'éviter les combinaisons trop complexes de nutriments et de commencer par les bases. En acquérant plus d'expérience, vous pourrez essayer des mélanges d'additifs plus avancés.

 
What is wrong with my cannabis plant? Budrot


Identifier les carences minérales.

C'est là une tâche ardue, car de nombreuses carences différentes peuvent se ressembler. L'aide d'un cultivateur plus expérimenté peut se révéler vitale. Faire vos propres recherches est utile, mais n'apporte aucune garantie de réponses appropriées. De plus, d'autres facteurs peuvent compliquer le diagnostic. Par exemple, le pH du milieu de culture est crucial. Si vous cultivez sur fibre de coco, certains minéraux ne seront pas biodisponibles pour les racines de cannabis, à moins que le pH ne soit correct. Cela signifie que vous pourriez avoir une carence en magnésium causée par un pH incorrect de votre solution nutritive. L'ajout d'une plus grande quantité de magnésium n'améliorera pas l'absorption par la plante, à moins que la solution nutritive n'ait un pH utilisable (habituellement un pH de 5,6-5,8 pour les cultivateurs sur fibre de coco).

 

Les bienfaits des nutriments bio. Les bioTabs.

Faire des erreurs avec les nutriments est peut-être l'un des pires problèmes qui sont évitables par les cultivateurs amateurs. De nombreux cultivateurs débutants brûlent les plants accidentellement en donnant plus de nutriments que ce que les délicates racines peuvent supporter. Une solution facile aux complexités des nutriments traditionnels est d'adopter une approche biologique. Les BioTabs fournissent les meilleurs nutriments réellement bio fabriqués à partir de ressources naturelles, comme les vers/chauves-souris. Les nutriments se décomposent lentement dans votre sol, en libérant progressivement les minéraux aux bonnes concentrations, permettant les bons niveaux de nutriments à chaque étape de la croissance des plants. De plus, les nouveaux cultivateurs verront que les BioTabs seront une solution facile pour commencer à faire pousser d'une façon simple et biologique. Et de nombreuses personnes préfèrent le goût et l'éthique d'une culture entièrement bio.

 

Les carences nutritives. Mieux vaut prévenir que guérir.

Comme pour l'infestation des nuisibles, la prévention est préférable à la guérison. Un bon conseil à suivre pour les cultivateurs moins expérimentés : faire les choses simplement jusqu'à ce que votre expertise augmente. Pour faire pousser dans un milieu exigeant de culture en eau profonde (DWC, pour Deep Water Control) il faut un contrôle attentif du pH et de la conductivité électrique (E.C.). Le DWC peut être une bonne option pour le cultivateur expérimenté qui est prêt à vérifier ses plants deux fois par jour. Mais les cultivateurs moins expérimentés trouveront excessivement compliquées les exigences de cette technique, le fait de contrôler la préparation des solutions d'alimentation et de "lire" les réponses des plants. Une approche plus facile serait de faire pousser dans un grand conteneur rempli de terre (30 litres ou plus) qui disposera de beaucoup/la plupart des nutriments nécessaires pour une culture complète. Cela simplifie le processus de culture et le régime nutritif.

 

Il est utile de préciser ici que même les cultivateurs professionnels peuvent rencontrer des difficultés pour préparer les solutions nutritives. Si votre pH mètre ou le compteur E.C. n'est pas correctement étalonné, vous courez au devant des problèmes pour votre plant. Pour les cultivateurs moins expérimentés, faire pousser en terre bio avec des nutriments bio venant de sociétés comme BioTabs est l'un des moyens les plus simples pour démarrer.

 


cannabis plant in soil with biotabs additives. snowbud from dutch passion


Faire pousser à partir de graines de cannabis plutôt qu'à partir de boutures.

Faire pousser avec des boutures/clones d'un ami est un moyen idéal de cultiver une plante dont vous êtes sûr d’apprécier le goût en vaporisation ou en fumant. Une bouture fait entrer une copie génétique identique à la plante originale dans votre pièce de culture. Malheureusement, elle peut également apporter des nuisibles, des maladies, des champignons, etc. C'est l'une des principales raisons pour lesquelles les principaux cultivateurs commerciaux sont très prudents quant il s'agit de faire entrer des plants extérieurs dans leurs pièces de culture. Faire pousser vos plants à partir de graines auto-florissantes ou de graines féminisées est un moyen de garantir que vous n'allez pas importer de problème de nuisible/maladie. Obtenez-les auprès d'une entreprise de graines de cannabis en qui vous avez confiance.

 

 

Qu'est-ce qui ne va pas avec mon plant de cannabis ?
Août 2nd 2019
Catégories : Plante de Cannabis

laisser un commentaire